Espace membre

Mot de passe

Retour

La Société des designers graphiques du Québec (SDGQ) a pris clairement position contre les concours de design graphique qui exigent l’exécution de travaux spéculatifs pour lesquels le designer n’est pas rémunéré.

La société des designers graphiques du Canada (GDC), la Registered Graphic Designers of Ontario (RGD) et l’Icograda (Conseil international des associations de design graphique) sont tous intervenus pour dénoncer le recours aux travaux spéculatifs.

Non seulement ce genre de travaux nuisent-ils au client et au designer, mais ils font en fin de compte du tort à l’économie en général. La SDGQ recommande aux organisations qui ont recours à du travail créatif non rémunéré de procéder différemment, c’est-à-dire de choisir un designer sur la base de ses réalisations passées, de ses titres professionnels et de son expérience. Il est toujours possible de passer en entrevue quelques candidats pour vérifier leur compréhension des besoins du projet. Les clients qui voient encore la nécessité d’obtenir un produit créatif avant de prendre une décision finale devraient rémunérer chaque participant en fonction de la valeur du travail effectué. 

Pour obtenir la meilleure valeur possible, le client doit investir du temps auprès d’une entreprise bien informée du projet qui prend le temps de le consulter afin de produire une solution de design stratégique et fondée sur des recherches. Les concours basés sur l’exécution de travaux non rémunérés n’aident pas le client. Bien souvent, le produit livré ne repose pas sur une évaluation bien documentée ou critique, deux composantes du processus de design et de la relation designer-client. 

Pour les designers, le travail spéculatif est un problème grave. Le Code de déontologie de la SDGQ déconseille aux membres de participer à des concours ne prévoyant pas la rémunération de chaque participant en fonction de son travail. Nous offrons aux clients des consultations sur le processus de design et leur demandons de cesser d’inclure des demandes de concepts à leurs concours afin que nos membres puissent y participer. 


Politique de la SDGQ concernant le travail spéculatif

Le Code de déontologie de la SDGQ déconseille aux membres de la société de participer à des concours prévoyant un travail spéculatif.

Qu’est-ce que le travail spéculatif?

Le travail spéculatif consiste à produire du travail pour lequel le designer n’est pas rémunéré (ou très peu rémunéré) dans le but d’obtenir un nouveau client. Certains clients des secteurs privé et public croient à tort qu’il est judicieux sur le plan commercial d’exiger des travaux spéculatifs des designers graphiques ou entreprises de design avec lesquels ils songent à faire affaire.


Pourquoi s’agit-il d’une pratique nuisible?

En réalité, les demandes de travaux spéculatifs :

  • constituent une forme d’exploitation contraire à l’éthique;
  • correspondent à une demande de travail non rémunéré sans garantie de compensation ou de potentiel économique futur;
  • peuvent entraîner des violations du droit d’auteur;
  • mènent à la dévalorisation de la profession de designer graphique et à l’emploi de pratiques concurrentielles négatives;
  • sont déconseillées par les professions apparentées comme l’industrie de la publicité et ont peu de chances de satisfaire les objectifs de marketing et de communications du client.

Le travail spéculatif menace l’intégrité et l’éthique de la profession de designer graphique, et ne présente aucun avantage pour le designer et son client. Les designers qui acceptent d’effectuer un travail spéculatif ne peuvent rendre justice à l’énoncé de projet. Ils sont peu susceptibles d’effectuer la recherche et l’analyse nécessaires pour produire un travail à la hauteur de leurs compétences puisque leur rémunération n’est pas garantie. Le travail spéculatif ne met également pas à profit leur expertise de professionnels ni leurs rôles de consultants, de partenaires ou de membres d’une équipe de communications stratégique.


Comment choisir un designer graphique ou une entreprise de design?

  • Dresser et rendre publique une demande de propositions qui présente des renseignements généraux sur le projet ainsi que vos objectifs, l’étendue du travail à effectuer, le calendrier des activités et les exigences de la demande (tâches, produits livrables, membres désignés de l’équipe, budget, expérience pertinente exigée et références requises de clients).
  • Si un client est certain de devoir obtenir des idées créatives de la part de plusieurs designers graphiques ou entreprises de design, nous lui recommandons de rémunérer chaque participant pour son travail. Les honoraires remis devraient équivaloir aux honoraires et dépenses raisonnables perçus pour un projet similaire dans des conditions de travail normales.
  • Les clients qui ne peuvent justifier une telle rémunération dans le cadre de leur projet devraient choisir un designer graphique en obtenant des suggestions de candidats auprès de leurs collègues, en examinant leur portfolio et en vérifiant leurs références.
  • Ces méthodes de sélection devraient s’appliquer à la fois aux projets rémunérés ou bénévoles.

Pour vous inscrire,
entrez votre nom et courriel