Espace membre

Mot de passe

Retour

Le design graphique est un langage qui communique des idées, des émotions et des valeurs. C’est une langue vivante qui ne peut évoluer et s’épanouir que lorsqu’on maîtrise parfaitement sa syntaxe et qu’on connait son vocabulaire.

Le design graphique est partout : affichage, édition, emballage, publicité, Internet, signalétique, identité visuelle, animation. Les supports se multiplient, mais son rôle demeure : donner du sens, expliquer, convaincre.

Le design graphique a la responsabilité d’agir et de participer à la société comme source de richesse, de culture et de fierté. Ce langage visuel, la SDGQ le défend et l’expose, au nom de tous ses membres.

Le bon design graphique est utile.

La fonctionnalité est un préalable. Le graphisme n’existe pas pour lui-même. C’est un art appliqué et utilitaire. Il crée des passerelles économiques, sociales et politiques. Les designers graphiques répondent à des demandes précises (concevoir une marque, une affiche de théâtre ou la signalisation d’un aéroport), qu’ils interprètent et transforment. Ils réfléchissent autant à la forme qu’à la fonction et aux conséquences de leurs créations.

Le bon design graphique est responsable.

Concevoir un emballage exige une réflexion sérieuse, autant sur la forme que sur la fonction. Et c’est vrai pour tous les domaines d’application du design. La responsabilité environnementale du designer est immense, car elle elle agit comme déclencheur. Il doit limiter au maximum notre impact sur la planète, en se questionnant sur le bien-fondé de chacun de ses gestes. Il faut sans cesse explorer d’autres voies graphiques, d’autres modes de production, ainsi que d’autres supports d’expression.

Le bon design graphique est rentable. 

Utile et bien pensé, il sert à mieux communiquer, à mieux vendre, à mieux fonctionner. Il se met au service des entreprises et des organismes – sociaux, culturels, gouvernementaux – pour améliorer leurs activités. Le design graphique ne représente jamais un coût, c’est un investissement. Sa rentabilité se démontre à tous les niveaux : individuel ou collectif, local et international.

Le bon design graphique est beau. 

L’esthétique est séduction, mais la beauté demeure subjective, car elle répond toujours à des conventions et à des valeurs individuelles ou de société. Libre à chacun de les transgresser, en autant qu’il les connaisse. Le beau requiert du talent, une culture, du travail. S’il réjouit le regard, il améliore aussi nos vies.

Le bon design graphique est en mouvement. 

Il bouge, il s’anime, il se réinvente en permanence. Il est essentiel de former de nouvelles générations de designers, comme il est fondamental de protéger nos acquis, d’encourager les compagnies québécoises, de s’exporter. Le bon design graphique innove, surprend, crée une émulation. Il interagit avec toutes les autres sphères de création.

Pour vous inscrire,
entrez votre nom et courriel