Espace membre

Mot de passe

Retour

La SDGQ invite les designers graphiques membres et non-membres de l’association à participer à son troisième appel de candidatures pour le titre de DGA (designer graphique agréé).

Créé afin de reconnaître les meilleures pratiques de notre profession, la marque de certification DGA agit comme un sceau qui confirme votre statut d’expert en communication visuelle. Elle sert aussi à démontrer la valeur du design graphique aux décideurs québécois et à mettre notre association à niveau avec les standards nationaux et internationaux.


Voici ce qu’en disent quelques DGA et professionnels :

Je souhaite démontrer toujours plus de crédibilité, de dévouement et de responsabilité envers mes clients et mes pairs. Pour moi, le titre de DGA est une affirmation dans cette direction.
Claude Auchu, DGA
Associé, vice-président création, design
Lg2

When I applied for the accreditation, it was at a point in my career in the corporate world where I felt that the validation would help elevate my trade and myself. The exercise did just that: shortly after applying, I was promoted to a management level.
Elize Bogossian, DGA
Manager, Visual Communications
Air Canada

L’impact fondamental qu’apporte la reconnaissance professionnelle est un avantage majeur pour les membres, puisqu’elle est une marque de compétence, de crédibilité et de responsabilité professionnelles (1).
Claude Beaulac
Directeur général
Ordre des urbanistes du Québec



Le titre de DGA est réservé aux membres réguliers et corporatifs de la SDGQ. Afin de faciliter la procédure aux non-membres, ceux-ci seront dispensés des frais d’adhésion à l’association. Tous les postulants devront cependant acquitter leur cotisation annuelle et les frais de 200 $ pour l’étude du dossier de candidature DGA.

Vous pouvez déposer votre dossier de candidature en tout temps. L’annonce des nouveaux DGA pour les dossiers reçus en 2013 sera faite en mars 2014. Pour plus de détails, ou pour télécharger le formulaire, visitez la page Postuler au titre de DGA.

(1) Commentaire publié dans le magazine Formes, vol. 9, no 3, 2013, p.16

Pour vous inscrire,
entrez votre nom et courriel